Tendance du marché solaire

{{translation.caption}}:


Le marché solaire photovoltaïque a connu un développement important caractérisé par une croissance annuelle des puissances installées de plus de 50% entre 2009 et 2014. Les prix ont également connu une baisse drastique, passant de près de 5000 CHF/kWp à 1600 CHF/kWp dans le même laps de temps.

A fin 2014, on comptait environ 47'000 installations en Suisse totalisant une puissance installée de 1’100 MW. La production cumulée de ces installations a permis d'alimenter l'équivalent de 210'000 ménages suisses.

Le marché du solaire thermique a connu une forte croissance entre 2004 et 2009 (+38 pour cent) et depuis une légère décroissance.

 

En 2014, la Suisse comptait 150'000 installations solaires thermiques totalisant une puissance de 1'100 MW. Rien que sur la dernière année, 10'000 installations ont été installées. La production cumulée des installations solaires thermiques a permis d'alimenter en eau chaude l'équivalent de 150’000 ménages suisses.

Tendance du marché solaire photovoltaïque

  • Les exigences légales favorisent l’énergie solaire. Le modèle de prescriptions énergétiques des cantons (MOPEC  2014) rend obligatoire l'installation de surfaces photovoltaïques minimales dans les habitations neuves. Une part minimale d'énergie renouvelable est aussi prévue en cas d'assainissement de chaufferie. Ces prescriptions entreront en vigueur dans les lois cantonales entre 2016 et 2020.
  • Pour les installations de petite taille (jusqu’à 30 kW), la Confédération met à disposition une rétribution unique, c'est à dire un subside couvrant jusqu'à 30% des coûts d’une installation de référence. Ce subside peut être obtenu de 3 à 6 mois après la mise en service. La procédure pour l'obtenir est extrêmement simple.
  • Pour les installations de plus grande taille, la Confédération a mis en place depuis 2009 un système de  rétribution à prix coûtant (RPC). Ce modèle permet de revendre les kWh produits à un tarif préférentiel garantit 20 ans et couvrant les coûts de production. Au vu du succès de ce modèle, une liste d’attente a été mise en place. Celle-ci compte aujourd’hui environ 36'000 projets photovoltaïques inscrits.
  • En complément à ces deux outils et dans le cadre de la stratégie énergétique 2050, le parlement débat de l’opportunité d’étendre la rétribution unique à des installations de grande taille également. Une décision à ce sujet est attendue pour 2016. Ce système de rétribution devrait être mis en place au plus tôt en 2017 (probablement en 2018).
  • Enfin, le développement d'un marché libre, sans subvention, a déjà débuté. Aujourd'hui, le coût de l'électricité solaire est inférieur à 20 ct/kWh. Cela rend le photovoltaïque de plus en plus compétitif face aux prix final du distributeur, dans des cas où l’électricité peut être consommée sur le lieu de production (consommation propre).
  • Le photovoltaïque fait enfin son entrée sur le marché de la chaleur! Grâce au développement des boilers pompe à chaleur compatible avec une source électrique solaire, le photovoltaïque investit actuellement le marché de la chaleur.

Tendance du marché solaire: le thermique

  • Les exigences légales favorisent l’énergie solaire. Le modèle de prescriptions énergétiques des cantons (MOPEC 2014) rend obligatoire l'installation de chaufferie de sources renouvelables pour les constructions neuves. Il fixe aussi une part minimale d'énergie renouvelable en cas d'assainissement de chaufferie. Ces prescriptions entreront en vigueur dans les lois cantonales entre 2016 et 2020. Pour chaque cas de figure, le MOPEC 2014 propose plusieurs solutions standards.
  • Les propriétaires de bâtiments collectifs assainissant leur chaufferie devraient privilégier l’énergie solaire thermique. Parmi les propositions offertes par le MOPEC, il s'agit de la solution la plus simple et la plus rentable, surtout pour la production d'eau chaude. Des subsides sont offerts par la plupart des cantons.
  • Les propriétaires de villas assainissant leur chaufferie peuvent privilégier l’énergie solaire thermique pour la production d'eau chaude sanitaire et le chauffage. En effet, l’énergie solaire thermique offre des synergies de coût lors du remplacement de la chaudière, par exemple au niveau du chauffe-eau. Il s'agit d'une solution simple et rentable. Des subsides sont offerts par la plupart des cantons. On peut toutefois mentionner que sur ce segment, l’énergie solaire thermique est aujourd’hui fortement concurrencé par le photovoltaïque.
  • Les propriétaires d'hôtels ou restaurants assainissant leur chaufferie devraient privilégier l’énergie solaire thermique. Parmi les propositions offertes par le MOPEC 2014, il s'agit d'une solution compétitive face aux pompes à chaleur, mais bien plus simple à combiner à un chauffage fossile. Des subsides sont offerts par la plupart des cantons.

Tendance du marché solaire

{{translation.caption}}:


Le marché solaire photovoltaïque a connu un développement important caractérisé par une croissance annuelle des puissances installées de plus de 50% entre 2009 et 2014. Les prix ont également connu une baisse drastique, passant de près de 5000 CHF/kWp à 1600 CHF/kWp dans le même laps de temps.

A fin 2014, on comptait environ 47'000 installations en Suisse totalisant une puissance installée de 1’100 MW. La production cumulée de ces installations a permis d'alimenter l'équivalent de 210'000 ménages suisses.

Le marché du solaire thermique a connu une forte croissance entre 2004 et 2009 (+38 pour cent) et depuis une légère décroissance.

 

En 2014, la Suisse comptait 150'000 installations solaires thermiques totalisant une puissance de 1'100 MW. Rien que sur la dernière année, 10'000 installations ont été installées. La production cumulée des installations solaires thermiques a permis d'alimenter en eau chaude l'équivalent de 150’000 ménages suisses.

Tendance du marché solaire photovoltaïque

  • Les exigences légales favorisent l’énergie solaire. Le modèle de prescriptions énergétiques des cantons (MOPEC  2014) rend obligatoire l'installation de surfaces photovoltaïques minimales dans les habitations neuves. Une part minimale d'énergie renouvelable est aussi prévue en cas d'assainissement de chaufferie. Ces prescriptions entreront en vigueur dans les lois cantonales entre 2016 et 2020.
  • Pour les installations de petite taille (jusqu’à 30 kW), la Confédération met à disposition une rétribution unique, c'est à dire un subside couvrant jusqu'à 30% des coûts d’une installation de référence. Ce subside peut être obtenu de 3 à 6 mois après la mise en service. La procédure pour l'obtenir est extrêmement simple.
  • Pour les installations de plus grande taille, la Confédération a mis en place depuis 2009 un système de  rétribution à prix coûtant (RPC). Ce modèle permet de revendre les kWh produits à un tarif préférentiel garantit 20 ans et couvrant les coûts de production. Au vu du succès de ce modèle, une liste d’attente a été mise en place. Celle-ci compte aujourd’hui environ 36'000 projets photovoltaïques inscrits.
  • En complément à ces deux outils et dans le cadre de la stratégie énergétique 2050, le parlement débat de l’opportunité d’étendre la rétribution unique à des installations de grande taille également. Une décision à ce sujet est attendue pour 2016. Ce système de rétribution devrait être mis en place au plus tôt en 2017 (probablement en 2018).
  • Enfin, le développement d'un marché libre, sans subvention, a déjà débuté. Aujourd'hui, le coût de l'électricité solaire est inférieur à 20 ct/kWh. Cela rend le photovoltaïque de plus en plus compétitif face aux prix final du distributeur, dans des cas où l’électricité peut être consommée sur le lieu de production (consommation propre).
  • Le photovoltaïque fait enfin son entrée sur le marché de la chaleur! Grâce au développement des boilers pompe à chaleur compatible avec une source électrique solaire, le photovoltaïque investit actuellement le marché de la chaleur.

Tendance du marché solaire: le thermique

  • Les exigences légales favorisent l’énergie solaire. Le modèle de prescriptions énergétiques des cantons (MOPEC 2014) rend obligatoire l'installation de chaufferie de sources renouvelables pour les constructions neuves. Il fixe aussi une part minimale d'énergie renouvelable en cas d'assainissement de chaufferie. Ces prescriptions entreront en vigueur dans les lois cantonales entre 2016 et 2020. Pour chaque cas de figure, le MOPEC 2014 propose plusieurs solutions standards.
  • Les propriétaires de bâtiments collectifs assainissant leur chaufferie devraient privilégier l’énergie solaire thermique. Parmi les propositions offertes par le MOPEC, il s'agit de la solution la plus simple et la plus rentable, surtout pour la production d'eau chaude. Des subsides sont offerts par la plupart des cantons.
  • Les propriétaires de villas assainissant leur chaufferie peuvent privilégier l’énergie solaire thermique pour la production d'eau chaude sanitaire et le chauffage. En effet, l’énergie solaire thermique offre des synergies de coût lors du remplacement de la chaudière, par exemple au niveau du chauffe-eau. Il s'agit d'une solution simple et rentable. Des subsides sont offerts par la plupart des cantons. On peut toutefois mentionner que sur ce segment, l’énergie solaire thermique est aujourd’hui fortement concurrencé par le photovoltaïque.
  • Les propriétaires d'hôtels ou restaurants assainissant leur chaufferie devraient privilégier l’énergie solaire thermique. Parmi les propositions offertes par le MOPEC 2014, il s'agit d'une solution compétitive face aux pompes à chaleur, mais bien plus simple à combiner à un chauffage fossile. Des subsides sont offerts par la plupart des cantons.