Stations d’épuration des eaux usées

{{translation.caption}}:


Les stations d’épuration des eaux usées (STEP) consomment plus de 10% de l’électricité utilisée pour les tâches communales, alors que plus de 90% de cette dépense est le fait des systèmes d’entraînement électriques. C’est ce qui ressort d’une analyse de potentiel. Parallèlement au développement plus avant de la technologie d’épuration des eaux usées, il convient donc également de contrôler régulièrement l’efficacité énergétique. En effet, on constate souvent qu’il existe encore des potentiels d’économies importants. On peut évaluer les potentiels énergétiques en relevant régulièrement des valeurs de référence définies. Les analyses énergétiques constituent un instrument autorisant l’identification des mesures réalisables et rentables, et de mettre en œuvre les potentiels existants. À l’image des mesures immédiates d’optimisation, que l’on peut identifier grâce à de simples listes de contrôle, et qui peuvent être mises en œuvre simplement et sans grands coûts, comme le montre cet exemple: Analyse préliminaire dans les STEP. On peut encore identifier d’autres précieux potentiels d’économies, outre les mesures immédiates, par une analyse plus poussée, à l’exemple de l’analyse fine de la STEP de Kloten Opfikon.

En Suisse, de nombreuses stations d’épuration produisent toutefois aussi de l’énergie. Des centrales à couplage chaleur-force produisent de l’électricité renouvelable à partir des gaz de digestion et la chaleur résiduelle permet de couvrir les besoins internes en chaleur. Les eaux usées fournissent par ailleurs une immense source de chaleur pouvant servir à chauffer les bâtiments ou les zones d’habitation à proximité de la station d’épuration. La distance entre la station d’épuration et les immeubles à chauffer peut aller jusqu’à plusieurs kilomètres. L’électricité issue des gaz de digestion est verte: son bilan écologique est remarquable.

Stations d’épuration des eaux usées

{{translation.caption}}:

Les stations d’épuration des eaux usées (STEP) consomment plus de 10% de l’électricité utilisée pour les tâches communales, alors que plus de 90% de cette dépense est le fait des systèmes d’entraînement électriques. C’est ce qui ressort d’une analyse de potentiel. Parallèlement au développement plus avant de la technologie d’épuration des eaux usées, il convient donc également de contrôler régulièrement l’efficacité énergétique. En effet, on constate souvent qu’il existe encore des potentiels d’économies importants. On peut évaluer les potentiels énergétiques en relevant régulièrement des valeurs de référence définies. Les analyses énergétiques constituent un instrument autorisant l’identification des mesures réalisables et rentables, et de mettre en œuvre les potentiels existants. À l’image des mesures immédiates d’optimisation, que l’on peut identifier grâce à de simples listes de contrôle, et qui peuvent être mises en œuvre simplement et sans grands coûts, comme le montre cet exemple: Analyse préliminaire dans les STEP. On peut encore identifier d’autres précieux potentiels d’économies, outre les mesures immédiates, par une analyse plus poussée, à l’exemple de l’analyse fine de la STEP de Kloten Opfikon.

En Suisse, de nombreuses stations d’épuration produisent toutefois aussi de l’énergie. Des centrales à couplage chaleur-force produisent de l’électricité renouvelable à partir des gaz de digestion et la chaleur résiduelle permet de couvrir les besoins internes en chaleur. Les eaux usées fournissent par ailleurs une immense source de chaleur pouvant servir à chauffer les bâtiments ou les zones d’habitation à proximité de la station d’épuration. La distance entre la station d’épuration et les immeubles à chauffer peut aller jusqu’à plusieurs kilomètres. L’électricité issue des gaz de digestion est verte: son bilan écologique est remarquable.