Performance Gap: les bâtiments consomment-ils davantage d’énergie qu’ils ne le devraient?

{{translation.caption}}:


Combien d’énergie les nouvelles constructions consomment-elles pour le chauffage et pour l’eau chaude en Suisse? Cette consommation effectivement mesurée correspond-elle aux besoins de chaleur calculés lors de la planification ou constate-t-on des différences? On désigne cet écart par la notion de Performance Gap.

Plusieurs études ont été publiées ces dernières années sur ce thème. Les résultats de ces études ont été récapitulés et les questions centrales ont été discutées avec des experts.

Performance Gap: potentiel de quatre composantes différentes

On distingue quatre composantes pouvant contribuer à un écart de performance.

Écart de comportement

 

Écart technique

Le comportement à l’utilisation diffère de celui supposé. Exemple: le chauffage est réglé sur 23°C au lieu de la norme 20°C.     Le bâtiment n’est ni construit, ni exploité selon les plans. Exemple: la pompe à chaleur est mal réglée et offre dès lors un mauvais rendement.

Écart de climat

 

Écart de modélisation

Durant l’année sous étude, la météo réelle s’est avérée différente du climat supposé. Exemple: l’automne et l’hiver de la période de mesure étaient plus chaud que la norme de référence appliquée.     L’outil de calcul ne reproduit pas parfaitement la réalité.

Performance Gap des nouvelles constructions en Suisse: les principaux résultats

Les besoins de chaleur des maisons multifamiliales sont en moyenne plus élevés que les besoins calculés

Les études montrent que les besoins de chaleur réels dans les bâtiments locatifs sont en moyenne plus élevés que les besoins calculés dans le cadre du justificatif énergétique réalisé pour l’autorisation construire. Il n’est cependant pas toujours facile de comparer les résultats des différentes études, car elles emploient parfois des méthodes et des valeurs de référence différentes. Pour les besoins de chaleur en particulier, les hypothèses de comportement des utilisateurs et des utilisatrices peuvent varier d’une étude à l’autre.

Le Performance Gap est estimé entre +10% à +20%

Les experts estiment entre 10% et 20% l’écart entre la consommation d’énergie mesurée et les besoins de chaleur standards calculés du parc suisse de bâtiments. Étonnamment, la valeur énergétique mesurée pour certains biens immobiliers se situe même fortement au-dessus ou au-dessous de la valeur limite. Cela montre qu’il n’est pas possible de déduire la situation générale en Suisse à partir de cas particuliers.

Le Performance Gap dépend principalement du comportement des utilisateurs et des utilisatrices

À en croire les experts, le comportement des utilisateurs et des utilisatrices est responsable de l’écart de +10% à +20% constaté entre les besoins calculés et la consommation effective. Des études montrent en effet que les habitants et les habitantes de maisons multifamiliales neuves règlent des températures de locaux plus élevées, laissent les fenêtres plus souvent ouvertes et se servent plus fréquemment des protections solaires que ce que prévoit le standard de la norme SIA.

Interpréter correctement le Performance Gap dans les bâtiments énergétiquement efficaces

Attention aux affirmations relatives! Les bâtiments efficaces (p.ex. Minergie) affichent en tendance des résultats moins bons dans ce type de comparaisons. En valeurs absolues, les bâtiments sont néanmoins très efficaces au plan énergétique.

Les écarts de performances redonnés uniquement au moyen d’indications relatives peuvent dès lors mener à des conclusions erronées. Ainsi, une température plus élevée d’un degré dans les locaux et des gains solaires légèrement réduits par une augmentation de la protection solaire entraînent, dans les nouvelles constructions, des besoins de chauffage accrus de 13 kWh/m2a.

Dans une nouvelle construction, cela constitue une augmentation des besoins de 87%, alors que cette même augmentation ne correspond qu’à 11% dans une ancienne construction (cf. graphique). Plus les besoins d’énergie de chauffage sont faibles (nouvelle construction, Minergie, Minergie-P), plus ce phénomène est marqué.

 

Source: étude Immogap, OFEN 2018 (en allemand)

Complète sur le thème «Performance Gap» (en allemand)

Les bâtiments consomment-ils plus d’énergie qu’ils ne devraient? - White Paper EBP Suisse, 2019

Performance Gap: les bâtiments consomment-ils davantage d’énergie qu’ils ne le devraient?

Combien d’énergie les nouvelles constructions consomment-elles pour le chauffage et pour l’eau chaude en Suisse? Cette consommation effectivement mesurée correspond-elle aux besoins de chaleur calculés lors de la planification ou constate-t-on des différences? On désigne cet écart par la notion de Performance Gap.

Plusieurs études ont été publiées ces dernières années sur ce thème. Les résultats de ces études ont été récapitulés et les questions centrales ont été discutées avec des experts.

Performance Gap: potentiel de quatre composantes différentes

On distingue quatre composantes pouvant contribuer à un écart de performance.

Écart de comportement

 

Écart technique

Le comportement à l’utilisation diffère de celui supposé. Exemple: le chauffage est réglé sur 23°C au lieu de la norme 20°C.     Le bâtiment n’est ni construit, ni exploité selon les plans. Exemple: la pompe à chaleur est mal réglée et offre dès lors un mauvais rendement.

Écart de climat

 

Écart de modélisation

Durant l’année sous étude, la météo réelle s’est avérée différente du climat supposé. Exemple: l’automne et l’hiver de la période de mesure étaient plus chaud que la norme de référence appliquée.     L’outil de calcul ne reproduit pas parfaitement la réalité.

Performance Gap des nouvelles constructions en Suisse: les principaux résultats

Les besoins de chaleur des maisons multifamiliales sont en moyenne plus élevés que les besoins calculés

Les études montrent que les besoins de chaleur réels dans les bâtiments locatifs sont en moyenne plus élevés que les besoins calculés dans le cadre du justificatif énergétique réalisé pour l’autorisation construire. Il n’est cependant pas toujours facile de comparer les résultats des différentes études, car elles emploient parfois des méthodes et des valeurs de référence différentes. Pour les besoins de chaleur en particulier, les hypothèses de comportement des utilisateurs et des utilisatrices peuvent varier d’une étude à l’autre.

Le Performance Gap est estimé entre +10% à +20%

Les experts estiment entre 10% et 20% l’écart entre la consommation d’énergie mesurée et les besoins de chaleur standards calculés du parc suisse de bâtiments. Étonnamment, la valeur énergétique mesurée pour certains biens immobiliers se situe même fortement au-dessus ou au-dessous de la valeur limite. Cela montre qu’il n’est pas possible de déduire la situation générale en Suisse à partir de cas particuliers.

Le Performance Gap dépend principalement du comportement des utilisateurs et des utilisatrices

À en croire les experts, le comportement des utilisateurs et des utilisatrices est responsable de l’écart de +10% à +20% constaté entre les besoins calculés et la consommation effective. Des études montrent en effet que les habitants et les habitantes de maisons multifamiliales neuves règlent des températures de locaux plus élevées, laissent les fenêtres plus souvent ouvertes et se servent plus fréquemment des protections solaires que ce que prévoit le standard de la norme SIA.

Interpréter correctement le Performance Gap dans les bâtiments énergétiquement efficaces

Attention aux affirmations relatives! Les bâtiments efficaces (p.ex. Minergie) affichent en tendance des résultats moins bons dans ce type de comparaisons. En valeurs absolues, les bâtiments sont néanmoins très efficaces au plan énergétique.

Les écarts de performances redonnés uniquement au moyen d’indications relatives peuvent dès lors mener à des conclusions erronées. Ainsi, une température plus élevée d’un degré dans les locaux et des gains solaires légèrement réduits par une augmentation de la protection solaire entraînent, dans les nouvelles constructions, des besoins de chauffage accrus de 13 kWh/m2a.

Dans une nouvelle construction, cela constitue une augmentation des besoins de 87%, alors que cette même augmentation ne correspond qu’à 11% dans une ancienne construction (cf. graphique). Plus les besoins d’énergie de chauffage sont faibles (nouvelle construction, Minergie, Minergie-P), plus ce phénomène est marqué.

 

Source: étude Immogap, OFEN 2018 (en allemand)

Complète sur le thème «Performance Gap» (en allemand)

Les bâtiments consomment-ils plus d’énergie qu’ils ne devraient? - White Paper EBP Suisse, 2019


Notre site internet utilise les cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible. En continuant de naviguer sur notre site, vous acceptez implicitement nos dispositions en matière de protection des données.