Norman Forster, Zaha Hadi & Cie. bâtissent avec le soleil

6.1.2016

{{translation.caption}}:


Avec notre nouvel livre «Bâtir avec le soleil», partez à la rencontre de personnes qui inventent, financent, construisent, entretiennent ou habitent des bâtiments à haute efficacité énergétique.

Le futur n’est pas une utopie: c’est ce que prouvent certains en construisant ou faisant construire dès aujourd’hui des bâtiments affichant une haute efficacité, voire une autarcie énergétique.

Pour le livre «Bâtir avec le soleil», nous sommes allés à la rencontre de ces pionniers et de leurs constructions. Les architectes Zaha Hadid et Norman Foster racontent comment ils planifient des bâtiments de prestige à haute efficacité énergétique à grande échelle. Pourtant, les bâtiments à haute efficacité énergétique sont possibles aussi chez nous, et à petite échelle, comme le montrent la Maison Roduit à Némiaz et la maison d’Uri et Thomas Weibel à Horgen. Et les bâtiments à haute efficacité énergétique fonctionnent même dans des conditions climatiques difficiles: la cabane alpine du Mont Rose, près de Zermatt, ou la maison Multi-Confort de Larvik, non loin d’Oslo, sous les latitudes septentrionales de Norvège, en font la démonstration.

Tous ces bâtiments ont une chose en commun: ils misent sur l’énergie solaire et s’appuient sur elle, sous forme de photovoltaïque, c’est-à-dire la production de courant à partir des rayons du soleil, ou de production de chaleur à partir des rayons du soleil. Or cela est prometteur: en effet, la quantité d’énergie solaire reçue chaque jour par la terre est supérieure au potentiel énergétique de toutes les autres énergies renouvelables confondues – et dix mille fois plus importante que les besoins énergétiques quotidiens de l’humanité.

Ce livre se veut une incitation à planifier et à construire en Suisse plus de bâtiments à haute efficacité énergétique, voire énergétiquement autonomes, et à contribuer de cette façon à ce que la Suisse ait une consommation énergétique durable. Le tout sans perdre de vue les aspirations esthétiques. Car comme le dit Andreas Deplazes, professeur à l’EPF, dans son interview: «Une architecture exigeante et des concepts énergétiques innovants ne sont pas antinomiques: au contraire, ils se servent mutuellement.»


Notre site internet utilise les cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible. En continuant de naviguer sur notre site, vous acceptez implicitement nos dispositions en matière de protection des données.