Installations rotatives

{{translation.caption}}:


Environ 44 pour cent de la consommation électrique annuelle en Suisse est le fait des entraînements électriques, soit les installations de froid, d’air comprimé, d’aération ou de pompage, de même que les machines rotatives et les installations de convoyage.

L’analyse du potentiel des machines rotatives et des installations de convoyage en termes de consommation de courant met au jour les principales technologies et leurs domaines d’applications. À l’échelle nationale, pas moins d’un million de machines rotatives et d’installations de convoyage consomment, année après année, quelque 4 TWh d’électricité, dont 3,2 TWh directement utilisés pour les entraînements électriques. Chaque année, environ 56’000 nouvelles machines sont mises en service.

Les trois principaux domaines d’applications sont les suivants:

  • technique d’usinage: modification de la géométrie d’une pièce;
  • technique des procédés: modification des caractéristiques d’une pièce;
  • technique de convoyage: modification de la position d’une pièce.

Les machines rotatives et installations de convoyage sont utilisées de diverses manières, toutefois principalement dans l’industrie du bois, du textile, de la chimie et des denrées alimentaires, dans la transformation de la pierre, du métal ou des matières synthétiques, dans l’épuration des eaux usées de même que dans l’imprimerie et les services (p.ex. hôtellerie, centres commerciaux, centres de logistique, centres de distribution).

Le potentiel technique possible et économique de ces machines est estimé à environ 1 TWH par an à moyen terme, soit environ un quart de leur consommation totale. Les économies de courant se conçoivent en première ligne par l’emploi de technologies de pointe ainsi que par le bon dimensionnement des installations. Quelques exemples, dans l’ordre d’importance:

  • emploi de moteurs hautement efficaces et bien dimensionnés de dernière génération;
  • amélioration technologique du processus et de l’intégration des différentes composantes, y compris l’emploi de variateurs de fréquence et de systèmes de pilotage; réduction des pertes en stand-by;
  • diminution du fonctionnement à vide par une amélioration de la régulation et de la surveillance.

L’étude a montré qu’il existe un fort potentiel d’accroissement de l’efficacité dans ce domaine, en particulier pour ce qui est de la technique de convoyage, qui est exploitable par l’emploi de technique moderne et efficace.

Il existe en outre environ 30 millions de machines manuelles (perceuses, scies circulaires, mixers, etc.) et servomoteurs (portes, soupapes), dont l’importance énergétique est certes négligeable.

Installations rotatives

{{translation.caption}}:


Environ 44 pour cent de la consommation électrique annuelle en Suisse est le fait des entraînements électriques, soit les installations de froid, d’air comprimé, d’aération ou de pompage, de même que les machines rotatives et les installations de convoyage.

L’analyse du potentiel des machines rotatives et des installations de convoyage en termes de consommation de courant met au jour les principales technologies et leurs domaines d’applications. À l’échelle nationale, pas moins d’un million de machines rotatives et d’installations de convoyage consomment, année après année, quelque 4 TWh d’électricité, dont 3,2 TWh directement utilisés pour les entraînements électriques. Chaque année, environ 56’000 nouvelles machines sont mises en service.

Les trois principaux domaines d’applications sont les suivants:

  • technique d’usinage: modification de la géométrie d’une pièce;
  • technique des procédés: modification des caractéristiques d’une pièce;
  • technique de convoyage: modification de la position d’une pièce.

Les machines rotatives et installations de convoyage sont utilisées de diverses manières, toutefois principalement dans l’industrie du bois, du textile, de la chimie et des denrées alimentaires, dans la transformation de la pierre, du métal ou des matières synthétiques, dans l’épuration des eaux usées de même que dans l’imprimerie et les services (p.ex. hôtellerie, centres commerciaux, centres de logistique, centres de distribution).

Le potentiel technique possible et économique de ces machines est estimé à environ 1 TWH par an à moyen terme, soit environ un quart de leur consommation totale. Les économies de courant se conçoivent en première ligne par l’emploi de technologies de pointe ainsi que par le bon dimensionnement des installations. Quelques exemples, dans l’ordre d’importance:

  • emploi de moteurs hautement efficaces et bien dimensionnés de dernière génération;
  • amélioration technologique du processus et de l’intégration des différentes composantes, y compris l’emploi de variateurs de fréquence et de systèmes de pilotage; réduction des pertes en stand-by;
  • diminution du fonctionnement à vide par une amélioration de la régulation et de la surveillance.

L’étude a montré qu’il existe un fort potentiel d’accroissement de l’efficacité dans ce domaine, en particulier pour ce qui est de la technique de convoyage, qui est exploitable par l’emploi de technique moderne et efficace.

Il existe en outre environ 30 millions de machines manuelles (perceuses, scies circulaires, mixers, etc.) et servomoteurs (portes, soupapes), dont l’importance énergétique est certes négligeable.