Installations d'infrastructures

{{translation.caption}}:


La qualité et la sécurité de l'approvisionnement et de l'élimination occupent une place de premier plan pour ce qui concerne les installations infrastructurelles de fourniture de l'eau, du traitement des eaux usées et de l'évacuation des déchets. Il n'en reste pas moins qu'il existe souvent des potentiels d'économie d'énergie cachés considérables. Le recours à des technologies efficaces permet d'obtenir un abaissement de la consommation d'énergie. Si les installations consomment certes de l'énergie, elles en produisent aussi. La production et la vente de courant et de chaleur provenant des énergies renouvelables peuvent ainsi générer des recettes supplémentaires.

Sur mandat de l'Office fédéral de l'environnement, le bureau d'ingénieur Holinger a mené en 2012 une étude nationale portant sur le potentiel d'efficacité énergétique et de production d'énergie que présentent les stations d'épuration. Cette étude évalue également une série de mesures permettant d'exploiter au maximum ce potentiel. Une autre étude de potentiel, mandatée par SuisseEnergie et réalisée par l'association InfraWatt, a mis en évidence la consommation des entraînements électriques des installations d'infrastructures, ainsi que le potentiel de réduction de la consommation électrique.

 

Utilisation des rejets de chaleur

En théorie, près de 30% des bâtiments pourraient être chauffés ou refroidis en Suisse en utilisant les rejets de chaleur des UIOM et des eaux usées. Cette utilisation des rejets de chaleur respecte l’environnement et est neutre en termes d’émissions de CO2. La technologie a fait ses preuves depuis des années et est concurrentielle économiquement par rapport aux chauffages conventionnels au gaz naturel et au mazout.

Chauffer renouvelable avec la chaleur à distance

 

Usines d'incinération des ordures ménagères

Les usines d'incinération des ordures ménagères (UIOM) produisent aujourd’hui une grande partie de l’électricité issue de sources d’énergie renouvelables en Suisse (sans la force hydraulique) et cette production pourrait encore augmenter considérablement. Des turbines permettent de produire de l’électricité à partir des déchets. Il s’agit d’un courant vert à 50%: la moitié des déchets qui arrivent dans les UIOM en Suisse sont constitués de ressources renouvelables, organiques. Les mesures d’efficacité sont également intéressantes: des études réalisées dans plusieurs UIOM montrent que grâce à de multiples mesures, il est souvent possible de réduire la consommation d’électricité des usines de 10 à 30%, les investissements étant remboursés en quelques années.

L’exploitation de la chaleur issue de l’incinération des déchets dans les UIOM a également fait ses preuves dans la pratique: elle est sûre et compétitive. La chaleur captée est généralement injectée dans des réseaux de chaleur à distance et permet de chauffer des bâtiments ou des quartiers entiers.

Les déchets, considérés comme ressource, peuvent également fournir des matériaux recyclables. En comparaison avec la production des matières premières, le recyclage de ces matériaux permet de réaliser des économies d‘énergie substantielles. De plus en plus d’UIOM exploitent de telles installations de recyclage.

Usines d'incinération des ordures ménagères suisses

Toutes les usines d'incinération des ordures ménagères et leurs chiffres clés sont disponibles sur notre modèle de géodonnées:

 

Stations d’épuration des eaux usées

Les stations d’épuration des eaux usées (STEP) consomment plus de 10% de l’électricité utilisée pour les tâches communales, alors que plus de 90% de cette dépense est le fait des systèmes d’entraînement électriques. C’est ce qui ressort d’une analyse de potentiel. Parallèlement au développement plus avant de la technologie d’épuration des eaux usées, il convient donc également de contrôler régulièrement l’efficacité énergétique. En effet, on constate souvent qu’il existe encore des potentiels d’économies importants. On peut évaluer les potentiels énergétiques en relevant régulièrement des valeurs de référence définies. Les analyses énergétiques constituent un instrument autorisant l’identification des mesures réalisables et rentables, et de mettre en œuvre les potentiels existants. À l’image des mesures immédiates d’optimisation, que l’on peut identifier grâce à de simples listes de contrôle, et qui peuvent être mises en œuvre simplement et sans grands coûts, comme le montre cet exemple: Analyse préliminaire dans les STEP. On peut encore identifier d’autres précieux potentiels d’économies, outre les mesures immédiates, par une analyse plus poussée, à l’exemple de l’analyse fine de la STEP de Kloten Opfikon.

En Suisse, de nombreuses stations d’épuration produisent toutefois aussi de l’énergie. Des centrales à couplage chaleur-force produisent de l’électricité renouvelable à partir des gaz de digestion et la chaleur résiduelle permet de couvrir les besoins internes en chaleur. Les eaux usées fournissent par ailleurs une immense source de chaleur pouvant servir à chauffer les bâtiments ou les zones d’habitation à proximité de la station d’épuration. La distance entre la station d’épuration et les immeubles à chauffer peut aller jusqu’à plusieurs kilomètres. L’électricité issue des gaz de digestion est verte: son bilan écologique est remarquable.

 

Réseaux d'approvisionnement en eau potable

L’eau est notre denrée alimentaire la plus importante. Le captage, le traitement et la distribution d'eau potable nécessitent des besoins en énergie très élevés. Ces services figurent souvent parmi les plus grands consommateurs d’électricité des communes. L'optimisation de l'exploitation et l'utilisation de pompes performantes peuvent permettre de diminuer à maints endroits la consommation d'énergie pour l'approvisionnement en eau.

Dans certaines communes, il est en outre possible d'utiliser l’eau potable du réseau de conduites pour produire de l’électricité sans nuire à sa qualité. SuisseEnergie pour les infrastructures verse une aide aux communes souhaitant analyser sommairement la faisabilité d’une telle centrale hydraulique sur eau potable. L'eau potable peut aussi être utilisée comme source de chaleur pour chauffer des bâtiments.

Installations d'infrastructures

La qualité et la sécurité de l'approvisionnement et de l'élimination occupent une place de premier plan pour ce qui concerne les installations infrastructurelles de fourniture de l'eau, du traitement des eaux usées et de l'évacuation des déchets. Il n'en reste pas moins qu'il existe souvent des potentiels d'économie d'énergie cachés considérables. Le recours à des technologies efficaces permet d'obtenir un abaissement de la consommation d'énergie. Si les installations consomment certes de l'énergie, elles en produisent aussi. La production et la vente de courant et de chaleur provenant des énergies renouvelables peuvent ainsi générer des recettes supplémentaires.

Sur mandat de l'Office fédéral de l'environnement, le bureau d'ingénieur Holinger a mené en 2012 une étude nationale portant sur le potentiel d'efficacité énergétique et de production d'énergie que présentent les stations d'épuration. Cette étude évalue également une série de mesures permettant d'exploiter au maximum ce potentiel. Une autre étude de potentiel, mandatée par SuisseEnergie et réalisée par l'association InfraWatt, a mis en évidence la consommation des entraînements électriques des installations d'infrastructures, ainsi que le potentiel de réduction de la consommation électrique.

 

Utilisation des rejets de chaleur

En théorie, près de 30% des bâtiments pourraient être chauffés ou refroidis en Suisse en utilisant les rejets de chaleur des UIOM et des eaux usées. Cette utilisation des rejets de chaleur respecte l’environnement et est neutre en termes d’émissions de CO2. La technologie a fait ses preuves depuis des années et est concurrentielle économiquement par rapport aux chauffages conventionnels au gaz naturel et au mazout.

Chauffer renouvelable avec la chaleur à distance

 

Usines d'incinération des ordures ménagères

Les usines d'incinération des ordures ménagères (UIOM) produisent aujourd’hui une grande partie de l’électricité issue de sources d’énergie renouvelables en Suisse (sans la force hydraulique) et cette production pourrait encore augmenter considérablement. Des turbines permettent de produire de l’électricité à partir des déchets. Il s’agit d’un courant vert à 50%: la moitié des déchets qui arrivent dans les UIOM en Suisse sont constitués de ressources renouvelables, organiques. Les mesures d’efficacité sont également intéressantes: des études réalisées dans plusieurs UIOM montrent que grâce à de multiples mesures, il est souvent possible de réduire la consommation d’électricité des usines de 10 à 30%, les investissements étant remboursés en quelques années.

L’exploitation de la chaleur issue de l’incinération des déchets dans les UIOM a également fait ses preuves dans la pratique: elle est sûre et compétitive. La chaleur captée est généralement injectée dans des réseaux de chaleur à distance et permet de chauffer des bâtiments ou des quartiers entiers.

Les déchets, considérés comme ressource, peuvent également fournir des matériaux recyclables. En comparaison avec la production des matières premières, le recyclage de ces matériaux permet de réaliser des économies d‘énergie substantielles. De plus en plus d’UIOM exploitent de telles installations de recyclage.

Usines d'incinération des ordures ménagères suisses

Toutes les usines d'incinération des ordures ménagères et leurs chiffres clés sont disponibles sur notre modèle de géodonnées:

 

Stations d’épuration des eaux usées

Les stations d’épuration des eaux usées (STEP) consomment plus de 10% de l’électricité utilisée pour les tâches communales, alors que plus de 90% de cette dépense est le fait des systèmes d’entraînement électriques. C’est ce qui ressort d’une analyse de potentiel. Parallèlement au développement plus avant de la technologie d’épuration des eaux usées, il convient donc également de contrôler régulièrement l’efficacité énergétique. En effet, on constate souvent qu’il existe encore des potentiels d’économies importants. On peut évaluer les potentiels énergétiques en relevant régulièrement des valeurs de référence définies. Les analyses énergétiques constituent un instrument autorisant l’identification des mesures réalisables et rentables, et de mettre en œuvre les potentiels existants. À l’image des mesures immédiates d’optimisation, que l’on peut identifier grâce à de simples listes de contrôle, et qui peuvent être mises en œuvre simplement et sans grands coûts, comme le montre cet exemple: Analyse préliminaire dans les STEP. On peut encore identifier d’autres précieux potentiels d’économies, outre les mesures immédiates, par une analyse plus poussée, à l’exemple de l’analyse fine de la STEP de Kloten Opfikon.

En Suisse, de nombreuses stations d’épuration produisent toutefois aussi de l’énergie. Des centrales à couplage chaleur-force produisent de l’électricité renouvelable à partir des gaz de digestion et la chaleur résiduelle permet de couvrir les besoins internes en chaleur. Les eaux usées fournissent par ailleurs une immense source de chaleur pouvant servir à chauffer les bâtiments ou les zones d’habitation à proximité de la station d’épuration. La distance entre la station d’épuration et les immeubles à chauffer peut aller jusqu’à plusieurs kilomètres. L’électricité issue des gaz de digestion est verte: son bilan écologique est remarquable.

 

Réseaux d'approvisionnement en eau potable

L’eau est notre denrée alimentaire la plus importante. Le captage, le traitement et la distribution d'eau potable nécessitent des besoins en énergie très élevés. Ces services figurent souvent parmi les plus grands consommateurs d’électricité des communes. L'optimisation de l'exploitation et l'utilisation de pompes performantes peuvent permettre de diminuer à maints endroits la consommation d'énergie pour l'approvisionnement en eau.

Dans certaines communes, il est en outre possible d'utiliser l’eau potable du réseau de conduites pour produire de l’électricité sans nuire à sa qualité. SuisseEnergie pour les infrastructures verse une aide aux communes souhaitant analyser sommairement la faisabilité d’une telle centrale hydraulique sur eau potable. L'eau potable peut aussi être utilisée comme source de chaleur pour chauffer des bâtiments.


Notre site internet utilise les cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible. En continuant de naviguer sur notre site, vous acceptez implicitement nos dispositions en matière de protection des données.