Consommation propre

{{translation.caption}}:


Flux d'électricité
Flux d'électricité

Flux d'argent
Flux d'argent

La consommation de sa propre production photovoltaïque (consommation propre) est devenue possible depuis le printemps 2014, et peut offrir des opportunités intéressantes pour le solaire principalement dans l'industrie ou les commerces.

La consommation propre est compatible avec toutes les autres formes de soutien, rétribution unique ou rétribution à prix coûtant. Dans ce dernier cas, seule la production excédentaire est prise en compte pour la RPC. La consommation propre permet de constituer un socle de rentabilité assuré aux projets photovoltaïques sans RPC.

Enfin, elle permet le développement de plusieurs sources de revenus: autoconsommation, vente de l'excédent sur le réseau, vente de la plus-value énergétique sur une bourse de courant écologique ou vente de l'excédent à des tiers.

Découvrez comment locataires et propriétaires d’immeubles peuvent profiter encore plus de la consommation propre.

Consommation propre en pratique

Les producteurs doivent informer les gestionnaires de réseau trois mois à l’avance s’ils veulent opter pour le modèle de la consommation propre ou pour le décompte de la production nette (ordonnance sur l’énergie - OEne).

Des compteurs de la nouvelle génération dit bidirectionnels sont nécessaires pour mesurer correctement la consommation propre: un compteur doit présenter des registres séparés pour l’injection et l’achat. Si vous n'êtes pas encore équipés d'un compteur bidirectionnel, vous devez en demander un à votre entreprise électrique. Pour toute installation neuve, il est important d’exiger un compteur bidirectionnel.

Dans le cas d'installations d’une puissance > 30 kWp, il faut installer un compteur de production nette pour les certificats d’origine. Ce type de compteur n’est pas requis pour les installations plus petites en consommation propre.

Les coûts d'achat et d'installation de nouveaux compteurs sont à la charge du producteur.

Consommation propre

{{translation.caption}}:


Flux d'électricité
Flux d'électricité

Flux d'argent
Flux d'argent

La consommation de sa propre production photovoltaïque (consommation propre) est devenue possible depuis le printemps 2014, et peut offrir des opportunités intéressantes pour le solaire principalement dans l'industrie ou les commerces.

La consommation propre est compatible avec toutes les autres formes de soutien, rétribution unique ou rétribution à prix coûtant. Dans ce dernier cas, seule la production excédentaire est prise en compte pour la RPC. La consommation propre permet de constituer un socle de rentabilité assuré aux projets photovoltaïques sans RPC.

Enfin, elle permet le développement de plusieurs sources de revenus: autoconsommation, vente de l'excédent sur le réseau, vente de la plus-value énergétique sur une bourse de courant écologique ou vente de l'excédent à des tiers.

Découvrez comment locataires et propriétaires d’immeubles peuvent profiter encore plus de la consommation propre.

Consommation propre en pratique

Les producteurs doivent informer les gestionnaires de réseau trois mois à l’avance s’ils veulent opter pour le modèle de la consommation propre ou pour le décompte de la production nette (ordonnance sur l’énergie - OEne).

Des compteurs de la nouvelle génération dit bidirectionnels sont nécessaires pour mesurer correctement la consommation propre: un compteur doit présenter des registres séparés pour l’injection et l’achat. Si vous n'êtes pas encore équipés d'un compteur bidirectionnel, vous devez en demander un à votre entreprise électrique. Pour toute installation neuve, il est important d’exiger un compteur bidirectionnel.

Dans le cas d'installations d’une puissance > 30 kWp, il faut installer un compteur de production nette pour les certificats d’origine. Ce type de compteur n’est pas requis pour les installations plus petites en consommation propre.

Les coûts d'achat et d'installation de nouveaux compteurs sont à la charge du producteur.