À pied dans la ville

29.6.2020

{{translation.caption}}:


Se déplacer à pied ménage l’environnement et offre de l’exercice physique au quotidien. Mais toutes les villes de Suisse ne sont pas aussi attrayantes en termes de déplacements à pied. Les initiateurs du projet «Marchabilité et santé - Comparaison entre les villes suisses» comparent l’attractivité piétonne de 16 villes suisses. Les résultats font ressortir de grandes différences et un besoin d’agir.

Le projet «Marchabilité et santé - Comparaison entre les villes suisses» compare la situation piétonne dans les 16 villes suisses suivantes: Aarau, Bâle, Bellinzone, Berne, Bienne, Coire, Genève, Lausanne, Locarno, Lugano, Lucerne, Neuchâtel, Saint-Gall, Winterthour, Zoug et Zurich. Le projet évalue l’attractivité des villes pour les piétons sous trois angles différents. La combinaison de la qualité des infrastructures piétonnes (test à pied), d’une enquête de satisfaction auprès de la population ainsi que de l’évaluation des activités municipales d’encouragement de la mobilité piétonne (pratique de planification) offre une image globale de la situation dans les villes.

 

Cinq recommandations d’action pour augmenter l’attractivité pour les piétons 

Les résultats de l’étude montrent que toutes les villes affichent un important potentiel d’amélioration. Malgré cela, le projet décerne la «Brosse à chaussure d’or» à cinq villes. Aarau obtient les meilleures notes en matière d’infrastructures alors que Coire prend le haut de la liste en termes de satisfaction et Bâle pour sa pratique de planification. Neuchâtel est pour sa part la ville la plus appréciée des piétons de Suisse romande et Bellinzone reçoit le nombre de points le plus élevé en comparaison des villes tessinoises. Dans l’ensemble, c’est Bâle, avec 68 % des exigences satisfaites, qui obtient la valeur la plus élevée des villes étudiées. Pour ce qui est l’amélioration de l’attrait des villes suisses pour les piétons, l’équipe de projet formule cinq recommandations d’action concrètes:

 

  1. Les villes doivent libérer davantage de place pour la mobilité piétonne, en élargissant les trottoirs et en les adaptant à la norme suisse.
  2. Il convient de créer davantage de zones piétonnes et de zones de rencontre dans les villes, et de réduire la vitesse sur le reste du réseau de routes, afin de réduire le risque d’accidents.
  3. Afin d’accroître la satisfaction des piétons, les villes devraient raccourcir les temps d’attente aux feux de circulation.
  4. Les villes devraient prévoir des infrastructures distinctes pour la mobilité piétonne et pour le trafic à vélo, qui correspondent aux besoins spécifiques des différents groupes de mobilité.
  5. Dans le but de reconnaître plus rapidement et de manière plus ciblée les besoins et les problèmes de mobilité piétonne, les villes devraient davantage doter les services de la mobilité piétonne.

 

L’encouragement de la mobilité piétonne offre différents avantages pour les villes et les particuliers: elle est peu bruyante, ne requiert pas beaucoup de place et est économe en énergie, promeut la santé de la population et ménage le climat. Les responsables du projet espèrent que leur étude donnera de nouvelles impulsions dans la planification des zones et des voies piétonnes dans les villes.

 

Le projet, mené par actif-trafiC, Mobilité piétonne Suisse et la Haute école des sciences techniques de Rapperswil (HSR), a reçu le soutien de SuisseEnergie. Informations complémentaires sur le projet: www.actif-trafic.ch/marchabilite


Notre site internet utilise les cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible. En continuant de naviguer sur notre site, vous acceptez implicitement nos dispositions en matière de protection des données.